Les essentiels (6) : le t-shirt blanc

Hello mes fashionistas,

L’heure des vacances a (enfin) sonné pour moi mais avant de boucler mes valises, je vous propose un dernier article autour d’un basique de notre dressing, le t-shirt blanc. Totalement versatile, il est devenu aussi incontournable que le jeans, les deux formant d’ailleurs un combo irrésistible. Simple et efficace, il agrémente n’importe quel style de tenue, qu’elle soit classique, sportswear, chic décontracté, moderne, rétro, minimaliste, etc… C’est d’ailleurs le thème que j’ai choisi cette semaine avec ma comparse Patricia @nouveaux_regards_ pour notre défi #jeshoppedansmondressing sur Instagram, qui met en avant la slow fashion et nous encourage à jeter un œil neuf sur les vêtements que nous possédons déjà. Pour apporter un peu de fantaisie et une touche de couleur à mes tenues estivales, j’ai choisi des t-shirts à motifs ou message. Et comme toujours, les pièces qui composent mes looks sont ancienne collection et seconde main.

Un peu d’histoire…

Le t-shirt en coton blanc tel qu’on le connaît aujourd’hui (manches courtes et col rond) a fait son apparition pendant la Première Guerre Mondiale comme sous-vêtement porté par les soldats de l’US Navy sous leur uniforme, remplaçant le traditionnel tricot de corps en laine ou flanelle : le coton est plus agréable à porter, absorbe mieux la transpiration et sèche plus rapidement. Le t-shirt se démocratise dans les années 30 sous l’impulsion du sport et de l’armée américaine quand des enseignes comme Jockey International Inc., Fruit of the Loom ou Sears Roebuck & Co commencent à le fabriquer en masse. En 1932, il est adopté comme maillot par l’équipe de football américain de l’USC (University of Southern California), et pendant la Seconde Guerre Mondiale l’image des GIs américains victorieux contribue à le populariser sur le continent européen. Puis c’est au tour du cinéma hollywoodien d’en faire l’attirail des héros rebelles parmi lesquels Montgomery Clift dans « Une Place au Soleil » (1951), Marlon Brando dans « L’Equipée Sauvage » (1953) et James Dean dans « La Fureur de Vivre » (1955). De sous-vêtement, il devient alors un véritable vêtement à part entière, symbole de l’homme cool et séduisant.

Avec l’émancipation des mœurs initiée par le mouvement hippie dans les Sixties, les femmes commencent à porter le t-shirt et on opte pour une version colorée grâce à la technique du tie & dye (teinture au nœud) qui crée des motifs psychédéliques. Au début des années 70, le t-shirt est devenu un vêtement universel et unisexe. C’est à cette époque que les versions personnalisées à message ou effigie font leur apparition, sous l’impulsion de groupes de rock comme les Rolling Stones : « toile blanche » idéale, le t-shirt permet à la jeune génération d’afficher sa différence (orientation sexuelle, goûts musicaux) ou d’exprimer ses opinions politiques (contre la guerre du Vietnam par exemple). Au cours de la décennie 80, l’usage du branding et des logos de marque est en plein essor : les progrès techniques en matière de sérigraphie (qualité des encres notamment) permettent aux enseignes de faire du t-shirt un véritable outil de communication. A l’image des vêtements streetwear décontractés empruntant à la culture rap, le t-shirt devient oversize dans les années 90. Une tendance qui marque un retour en force cette saison, au même titre que l’imprimé tie & dye et le t-shirt graphique, même si l’on note un renouveau du t-shirt uni chez les hommes.

1. Avec du denim

J’aime beaucoup le combo coton blanc et denim clair, je trouve cette association rafraîchissante en été d’autant plus quand c’est avec une mini-jupe légère, idéale par temps de canicule ! Ce t-shirt a une coupe assez ample qui ne colle pas à la peau et son encolure V bien dégagée est également confortable, l’ensemble étant féminisé par le nœud qui crée un léger effet drapé. Le motif « TROPIC » orné de paillettes est réalisé au point mousse dans des tons de vert, rose et abricot, que j’ai reproduit avec le sac en crochet et anses de bois aux rayures multicolores. J’ai complété le look avec des pendants d’oreille en résine corail et ma paire de mules préférée en cuir effet python (vintage années 90), et le tour est joué !

Photos © The Color Fashionista

T-shirt PROMOD (old co)
Jupe H&M chez EMMAUS ALTERNATIVES(old co)
Boucles d’oreilles H&M (old co)
Sac chiné en vide-greniers
Mules vintage chinées en vide-greniers

2. Avec du pied-de-poule

J’ai opté pour une tenue bicolore en noir et blanc au rendu graphique et intemporel. Le t-shirt a une coupe classique (col rond, manches courtes, coutures aux épaules) dans un coton bio épais et doux, avec une bonne opacité. Je l’ai pris en taille M pour le porter loose car je n’aime pas être trop à l’étroit dans mes vêtements. La mini-jupe pied-de-coq coupe trapèze m’évoque les modèles créés par Mary Quant ou André Courrèges dans les années 60 – privilégiant les motifs géométriques (damier, rayures, chevrons) – mais l’allure générale du look s’inspire du style des années 90. Si vous voulez plus d’infos sur la marque américaine Chic NYC – qui a depuis cessé son activité – je vous renvoie à mon article ici.

Photos © The Color Fashionista

T-shirt CHIC NYC (old co)
Jupe H&M chinée en vide-greniers (old co)
Solaires DOLCE & GABBANA (old co)
Sac chiné en vide-greniers
Mules vintage chinées en vide-greniers

3. Avec du kaki

Pour cette dernière tenue, j’ai choisi un modèle bi-matière moins classique : le dos du t-shirt est en coton blanc uni et l’avant en polyester écru légèrement gaufré. J’ai été séduite par le motif d’inspiration tropicale arborant « SUMMER Garden » qui apporte de la couleur et de la brillance avec ses sequins dorés. Associé à un short kaki qui joue le rôle de pièce neutre, j’ai rajouté une touche vitaminée grâce au cabas en résille jaune citron pour mettre tous mes essentiels de l’été et à la ceinture fine en cuir orange. Enfin, j’ai succombé à la tendance actuelle pour les mules/sabots avec cette paire en cuir naturel à plateforme de bois : elles sont très confortables et idéales pour gagner quelques centimètres de longueur de jambes mais attention aux entorses !

Photos © The Color Fashionista

T-shirt PROMOD (old co)
Short PROMOD (old co)
Ceinture ETAM (old co)
Solaires vintage chinées en vide-greniers
Sac ONAGRINE chiné en vide-greniers
Mules TEXTO chinées en vide-greniers

Chez les influenceuses…

Et vous les girlzzz, combien de t-shirts possédez-vous ? Préférez-vous les modèles classiques unis banc ou noir, les versions graphiques à message, ou les pièces colorées à motif ?

Dans l’attente d’échanger avec vous, je vous souhaite une belle Fête Nationale ! Profitez bien de votre été et bonnes vacances à tutti, je vous donne rendez-vous fin août pour de nouveaux articles.

D’ici là, vous pouvez me retrouver sur mes réseaux sociaux Facebook et Instagram, ainsi que sur Pinterest qui propose une sélection de mes meilleurs looks.

Prenez soin de vous,
Agnès

6 commentaires sur “Les essentiels (6) : le t-shirt blanc

    1. Bonjour Julie,
      Un grand merci pour ton passage sur mon blog.
      Contente que ces 2 tenues t’aient plu… ça me fait plaisir ! 😍
      J’avais le choix entre James Dean et Marlon Brando, cette fois j’ai choisi le dernier. 😅
      Je te souhaite un bon week-end.
      A bientôt,
      Agnès

      J’aime

  1. Hello Agnès, merci pour le petit rappel historique et pour tes trois propositions de looks toutes réussies. Pour moi aussi le tee-shirt blanc est un incontournable, au même titre que la chemise blanche et le jean, mais j’avoue que je les préfère avec des inscriptions et/ou de jolis imprimés comme ton tee-shirt « summer ». Je te souhaite de belles vacances, profite bien. Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Anne,
      Merci pour ta visite qui me fait toujours plaisir. 😍 Je suis comme toi, un t-shirt blanc uni est trop banal, il doit avoir un message ou un motif pour éveiller mon intérêt ! J’espère que tu as passé d’agréables vacances en Corse.
      Je t’embrasse fort et te souhaite un bonne rentrée. 😘

      Aimé par 1 personne

  2. Coucou Agnès ! Les 3 looks que tu présentes sont très jolis. La version « chic » du t-shirt blanc avec la jupe pied-de-coq, c’est une très belle idée. Très intéressant, comme toujours, l’historique du tee-shirt. Un dessous masculin qui devient un dessus. C’est vrai qu’au départ, le tee-shirt blanc était le fameux tricot de peau, ou maillot de corps porté par les messieurs sous leur chemise. Il était impensable de porter la chemise à même le corps ! Je te souhaite de très belles vacances ! Bise 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Hello Elisabeth,
      Merci pour ton gentil message, je suis ravie que mes tenues te plaisent ! 😍
      J’ai fait pas mal de recherches sur l’histoire du t-shirt et j’ai beaucoup appris, comme toujours… Cet aspect de mon travail me passionne ! Et comme tu dis, il était impensable à l’époque de porter sa chemise à même le corps ou de sortir en t-shirt, cela aurait été aussi indécent que de sortir en caleçon ! 😂
      Je vais bien en profiter de mon séjour dans le Sud, merci chère Elisabeth, j’espère que toi aussi tu vas partir en vacances ?
      Gros bisous 😘

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s